LES FRÈRES CACAULT

M
ÉCÈNES DU PALLET

Le pont sur la Sanguèze

Don de trois tableaux

Les rois mages

Le Baptème de Jésus par Jean-Baptiste

Ces deux tableaux ont été donnés par François CACAULT à la paroisse du Pallet. Ils faisaient partie de la "collection Cacault". En effet, au cours de leurs divers séjours en Italie les deux frères Cacault avaient pu se constituer une collection d'oeuvres d'art extraordinaire. Leur intention était de ramener ces oeuvres à Clisson pour y installer un musée-école. La mort prématurée de François Cacault allait mettre fin à ce projet de musée.

Cette immense collection clissonnaise comptait :

  1. plus de 1 200 tableaux
  2. 10 646 estampes
  3. 70 pièces de sculpture en différentes matières.

La plus grande partie a été rachetée par la Ville de Nantes le 27 janvier 1810, et se trouve désormais au musée des Beaux-Arts de cette ville.

"L'adoration des mages" qui peut être datée de 1630-1635 est du peintre italien Andréa SACCHI 1599 - Rome 1661. Un art limpide et mesuré caractérise ses portraits et ses tableaux d'autel. La revue 303 XXVI de 1990 des Pays de la Loire, qui a consacré un numéro spécial aux plus beaux tableaux religieux de Loire-Atlantique, présente sur deux pages cette magnifique peinture qui peut évoquer l'art de Véronèse. Ce tableau a fait l'objet d'un inscription à l'inventaire des monuments historique le 28 juin 1962 avec la mention "Don de Monsieur Cacault ambassadeur de France auprès de Pie VII"

"La sobre harmonie des teintes mandarines, des bleus profonds, le ton vénitien instillé par de discrètes citations (l'enfant et les mages de l'arrière plan évoquent Véronèse) tempèrent d'une veine nettement décorative l'autorité monumentale des figures grandeur nature."

Un troisième tableau, sans doute le plus beau, a fait partie de cette donation et a été exposé dans l'église Saint-Vincent jusqu'à la fin du XIXe siècle. Lors de la tentative d'inventaire de 1905, les trois tableaux ont été transférés chez des particuliers afin d'être soustraits à cet inventaire. Les deux tableaux ci-dessus ont réintégré l'église, malheureusement le troisième tableau n'a jamais été restitué, il est actuellement dans une collection privée.
Dans "Le Pallet, patrie d'Abélard", Association culturelle Pierre Abélard, collectif, 1980, p. 57 et sq.

C'est donc ce qui s'écrivait en 1980 ... En 2006, une autre page allait s'écrire !

 la Cène retrouvée
L'existence de ce troisième tableau n'avait pas complètement disparu de la mémoire chez certaines familles du Pallet. De surcroît, un historien nantais,  F. J. Verger avait écrit le 6 décembre 1848 : "Il y a dans cette église (du Pallet) trois tableaux donnés par M. Cacault. On leur accorde un certain mérite, surtout à celui qui représente la Cène."

Les archives départementales ont conservé les traces de l'inventaires du 6 avril 1906 à 5 heures du soir, établi avec soin, en l'absence du curé, par l'instituteur public M. Belliot : aucun de ces trois tableaux n'y figure alors que, par exemple, les 14 tableaux du chemin de croix sont mentionnés. Cela confirmait naturellement la rumeur d'un enlèvement, à dessein, en 1906.

L'Association culturelle Pierre Abélard a pu retrouver l'actuel détenteur de "la Cène" et prendre contact avec lui au cours du mois de novembre 2006. Ce détenteur, qui le possédait par héritage, en ignorait la provenance. Lorsqu'il l'a apprise, il en a généreusement  fait don à la commune du Pallet. Le 27 novembre 2006 la Cène était ramenée au Pallet dans un local municipal. Le samedi 9 décembre 2006 et le dimanche 10, une exposition permettait de présenter au public cet extraordinaire tableau de 2,30 m x 1,75 m absent de l'église depuis plus de cent ans.

On s'aperçoit que cette représentation de la Cène constitue avec les deux autres tableaux accrochés dans l'église du Pallet un collection qui jalonne trois moments significatifs de la vie de Jésus : La naissance avec "l'Adoration des mages", le début de la vie publique avec "le Baptême" et enfin le dernier repas. Propriété de la commune du Pallet, ce tableau a été replacé dans l'église du Pallet au début de 2007. Grâce à une expertise bénévole nous connaissons désormais son auteur.


Ce tableau est attribué au peintre flamand Anthonie Van Blocklandt 1523-1583. Cet artiste a été l’élève de Frans Floris, autre peintre flamand. En 1572, Van Brocklandt fait un voyage en Italie et semble avoir été sensible au maniérisme italien. Les nombreuses compositions de Van Blocklandt ont souvent comporté des sujets de nudité. Il a voulu comprendre et rendre de façon naturaliste tous les mouvements du corps humain.

On peut apprécier ici la disposition des douze apôtres autour de la table, la simplicité très humaine du Christ, la variété et les couleurs des drapés, ainsi que la finesse de la nappe, des objets et des fruits qui sont disposés sur la table. Le cadre est en chêne finement sculpté.
Le tableau a certainement été recoupé ; peut-être pour être placé dans le cadre ? En effet les visages de certains personnages ne sont pas entiers et l’auréole, au-dessus de la tête du Christ, n’est que partiellement visible.

Retour au sommaire
Retour à la page précédente